Master de science politique - parcours Politique transnationale et mondialisations

Le parcours Politique transnationale et mondialisations prend pour objet les rapports qui s’établissent directement entre plusieurs sociétés territorialement différenciées, sans nécessairement passer par la médiation des États. Ces relations, qu’elles soient conflictuelles ou de coopération, sont ainsi analysés au prisme de la multiplicité des circulations transnationales, ouvrant à un regard sur la mondialisation où, en plus des institutions classiques (ambassades, agences d’aide bi- et multilatérales, organisations internationales, etc.), interviennent une multiplicité d’autres acteurs (migrants, ONG, institutions religieuses, entreprises, cabinets d’étude et de conseil, gouvernements locaux, etc.).

Du point de vue théorique, ce parcours est l’un des seuls Masters en France à former spécifiquement au courant des études transnationales. Il intègre à ses enseignements une analyse renouvelée des circulations (humaines, d’idées, de savoirs, de normes, etc.) en les re-situant dans le cadre de relations de pouvoir entre différentes entités politiques. Il introduit également aux problématiques récentes des relations internationales : dynamiques démocratiques ou illibérales, coopération décentralisée, sécurité collective et nouveaux conflits, émergence de nouveaux risques, reconfiguration de la souveraineté, gestion de biens communs, etc. 

Découvrir l’équipe enseignante

Découvrir les débouchés professionnels

Découvrir les conditions d’accès

Télécharger la brochure du parcours avec les enseignements.

L’équipe 

L’équipe pédagogique se compose d’enseignant.e.s-chercheur.e.s et de chercheur.e.s du CNRS, principalement membres du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA) et du Laboratoire d’études sur le genre et les sexualités (LEGS). Le master peut en outre compter sur l’Institut du Genre et le Groupement d’Intérêt Scientifique Démocratie et Participation.

Une partie des enseignements sont dispensés par des professionnel·les (secteur associatif et institutions publiques), qui sont pleinement intégrés à l’équipe pédagogique, et de nombreux acteurs de terrain interviennent ponctuellement auprès des étudiant.e.s.

Et après ?

Le parcours Politique transnationale et mondialisation forme aux métiers en lien avec l’intensification des échanges et des circulations à l’échelle mondiale (qu’il s’agisse de leurs conséquences politiques, sociales, culturelles, écologiques ou économiques). Il s’agit en particulier de formes de professionnalisation et d’expertise associées à l’émergence de nouveaux dispositifs démocratiques, des institutions de régulation, des politiques publiques, des modalités de coopération (comme celles de la coopération décentralisée,) et des instruments de gestion et d’évaluation dans lesquels les technologies de l’information et de la communication jouent souvent un rôle fondamental. Ces métiers se trouvent tout autant aux niveaux local, national, international ou transnational.

Concrètement, la formation prépare à des postes de chargé.e de mission, chargé.e ou chef.fe de projet, formateur.trice, chargé.e d’études et d’enquêtes, consultant.e, chargé.e de communication dans des domaines divers : dynamiques migratoires, défense des droits humains, politiques publiques, politiques de coopération décentralisée, aide au développement, action humanitaire, etc. Ces débouchés concernent une large gamme d’institutions : administrations publiques et parapubliques locales et nationales, organisations internationales, associations, ONG nationales et internationales, plateformes transnationales d’ONG, bureaux d’étude et de conseil, entreprises, think tanks. Un stage est proposé en M2. Les étudiantes et les étudiants bénéficient pour cela d’un appui à la recherche de stage du département. Ils et elles bénéficient aussi d’un séminaire de professionnalisation qui leur permet d’identifier les différents métiers et univers professionnels de l’international, de construire leur projet professionnel, de se former aux techniques de recherche d’emploi.

La formation est également liée à la recherche, à travers plusieurs enseignements spécialisés (méthodes de la recherche, séminaire de recherche, tutorat pour la préparation du mémoire, etc.) qui offrent aux étudiant·es une initiation à la recherche. Proposant une solide formation à la recherche, le master prépare aussi à la poursuite d’études en doctorat au sein des laboratoires et écoles doctorales associés, où quelques financements de thèse sont ouverts chaque année.

Conditions d’accès

Le parcours Politique transnationale et mondialisation offre 30 places en M1.

Conditions d’accès : posséder une licence de science politique ou de sciences sociales et humaines ; ou des études, une expérience professionnelle ou personnelle permettant la validation des acquis de l’expérience permettant de. Pour les titulaires d’un M1, il est possible de candidater directement en M2.

Le passage en M2 est automatique pour les étudiants ayant réussi leur M1.

Vous trouverez les détails sur les modalités de candidature ici.