Vanessa Codaccioni

 

Maîtresse de conférences (HDR) en science politique

Co-directrice du département de science politique

mail : vanessa.codaccioni@univ-paris8.fr

 

Domaines de recherche

 

Sociologie historique de la justice pénale

Sociologie du crime et de la criminalité politiques

Sociologie de la répression et de l’appareil d’État

Sociologie des procès

 

Enseignements

 

Histoire politique et sociale de la France (L1)

Crises, évènements, exception (L3)

Mobilisations et discriminations (M1)

Questions de sécurité et violences politiques (M2)

Sociologie du droit et de la justice (NCEP)

 

Publications

 

Ouvrages

 

La légitime défense. Homicides sécuritaires, crimes racistes et violences policières, Paris, CNRS Éditions, 2018, 250p.

http://www.cnrseditions.fr/science-politique/7648-la-legitime-defense.html

 

Justice d’exception. L’État face aux crimes politiques et terroristes, Paris, CNRS Éditions, novembre 2015, 316p.

http://www.cnrseditions.fr/science-politique/7189-justice-dexecption.html

 

Punir les opposants. PCF et procès politiques (1947-1962), Paris, CNRS Éditions, collection « Culture et Société », février 2013.

http://www.cnrseditions.fr/histoire-contemporaine/6695-punir-les-opposants-vanessa-codaccioni.html

 

 

Articles de revue avec comité de lecture

 

« La pathologisation de l’activisme radical. De l’OAS à Action Directe, les examens psychiatriques à la Cour de sûreté de l’État », Genèses, n°107, 2017, pp. 10-31.

 

Avec Violaine Roussel et Deborah Puccio-Den, « Les "bonnes formes" du procès à l’épreuve des mobilisations politiques », Droit et société, n°89, 2015, pp. 9-15.

 

« Justice populaire et mimétisme judiciaire. Les maoïstes dans et hors la cour de sûreté de l’État », Droit et société, n°89, 2015, pp. 17-33.

 

« Expériences répressives et (dé)radicalisation militante. La variation des effets de la répression sur les jeunes membres du Parti communiste français (1947-1962) », Cultures&Conflits, n°89, 2013, pp. 29-52.

 

Avec Nicolas Maisetti et Florent Pouponneau, « Les façades institutionnelles : ce que montrent les apparences des institutions », Sociétés contemporaines, n°88, 2012, pp. 5-15.

 

« La construction d’une façade légaliste en contexte répressif : l’action anticoloniale communiste pendant le conflit algérien », Sociétés contemporaines, n°88, 2012, pp. 45-72.

 

« Le juridique c’est le moyen, le politique, c’est la fin : les avocats communistes dans la lutte contre la répression de guerre froide », Le Mouvement social, n°240, 2012, pp. 9-27.

 

« Le futurisme c’est la catastrophe. La conflictualité de la mémoire de l’anticolonialisme communiste pendant la guerre d’Algérie », Terrains & Travaux, n°17, 2010, pp. 23-40.

 

« (Dé)politisation du genre et des questions sexuelles dans un procès politique en contexte colonial : le viol, le procès et l’affaire Djamila Boupacha (1960-1962) », Nouvelles Questions Féministes, n°1, Féminisme et droit, 2010, pp. 32-45.

 

« La mobilisation pour la vie sauve des époux Rosenberg : singularité de la cause ou inscription du mouvement dans une tradition de solidarité par-delà les frontières ? », Lien social et politiques, n°58, Les solidarités sans frontière : entre permanence et changement, automne 2007, pp. 29-39.

 

Autres articles

 

« Dans l’ombre de la Cour de sûreté de l’État », Délibérée, n°2, 2017, pp. 36-40.

 

« Au cœur de la généalogie de l’antiterrorisme, une juridiction d’exception : la Cour de sûreté de l’État », Archives de politique criminelle, n°38, Terrorismes, 2016, p. 47-58.

 

« La place de l’autorité judiciaire dans l’antiterrorisme : des juridictions politiques à l’avènement d’une justice d’exception policière et administrative », Les cahiers de la justice, n°3, 2016, pp. 549-557.

 

« Comment juger les ennemis de l’État ? », entretien avec Mathieu Trachmann, La Vie des idées, 4 janvier 2016, en ligne : http://www.laviedesidees.fr/Comment-juger-les-ennemis-de-l-Etat.html

 

« L’état d’urgence de 2015-2016 : un idéal-type du recours à l’exception sous la Ve République », Mouvements, 1er février 2016, en ligne : http://mouvements.info/letat-durgence-de-2015-2016-un-ideal-type-du-recours-a-lexception-sous-la-ve-republique/

 

 

Collaboration à des ouvrages collectifs

 

« Le procès politique comme co-production entre l’État et ses opposants : l’exemple des affaires communistes », in Denis Salas (dir.), Le procès politique, Paris, La Documentation française, 2017, pp. 163-175.

 

« Contre l’avant-gardisme et l’opportunisme. L’(in)discipline partisane communiste dans le contexte de l’après 56 », in Nicolas Bué, Amin Allal (dir.), (In)disciplines partisanes. Comment les partis politiques tiennent leurs militants, Villeneuve d’Asq, Presses Universitaires du Septentrion, 2016, pp. 209-224.

 

« Penser la diversité des expériences communistes de la guerre d’Algérie », in Aïssa Kadri, Moula Bouaziz et Tramor Quemeneur (dir.), La guerre d’Algérie revisitée. Nouvelles générations, nouveaux regard, Paris, Karthala, 2016, pp. 295-306.

 

« Le droit commun d’exception », entretien avec Marie Grillon, in Marie Grillon, Hugo Touzet (dir.,), État d’urgence démocratique, Paris, Éditions du Croquant, Paris, 2016, pp. 35-53.

 

« Un scrutin sans enjeux ? Construction du désintérêt journalistique pour la campagne des municipales à Paris », in Eric Agrikoliansky, Jérôme Heurtaux, Brigitte Le Grignou (dir.), Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Paris, Les Editions du Croquant, 2011, pp. 324-327.

 

« La "trahison" dans les stratégies de politisation des procès d’atteinte à la sûreté de l’Etat », in Claude Javeau, Sébastien Schehr (dir.), La trahison de l’adultère au crime politique, Paris, Berg International, 2010, pp. 147-149.